Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après un copieux p'tit déj nous partons vers Olette à une heure déjà assez tardive:08h30. Bien que nous soyons dans un hôtel, il n'a pas été possible de faire avancer l'heure du p'tit d'une trentaine de minutes alors que tout est déjà prêt depuis la veille et que le personnel était déjà présent. Tant pis pour nous! Nous partons donc pour l'étape la plus longue de notre rando sous un déjà chaud soleil.

 

Pour rejoindre le chemin Vauban, il nous faut d'abord rejoindre le p'tit village de Sauto. En effet, ce dernier ne passe pas à Montlouis. Plutôt que de prendre le chemin le plus court, en longeant la route nationale, nous préférons prendre les chemins de traverse. Bien mal nous en a pris!! Alors que nous ne sommes pas en avance, nous gagnons Sauto vers 10h. Comme ce hameau est le véritable point de départ de la rando, je me fais quelques soucis quant à notre heure d'arrivée! La seule consolation de ce long détour fut les quelques vues sur des ouvrages d'art sur lesquels passe le Train Jaune.

 

Train-jaune-2.jpg

 

Train-jaune-1.jpg

 

Le chemin de Vauban est aujourd'hui un chemin de rando (pédestre et équestre) permettant de relier l'Ariège aux Pyrénes Orientales en 4 jours, en marchant dans les pas de Vauban. En effet, à la fin du XVII ème siècle, le Roussillon est rattaché au royaume de France. Pour protéger la nouvelle frontière, Louis XIV demande à Vauban de construire une ligne de fortifications le long de la vallée de la Têt. Pour fournir Montlouis en matériel et en hommes, Vauban fait percer deux routes l'une depuis Limoux, l'autre depuis Villefranche de Conflent. Ces routes sont achevés à la fin du XIX ème siècle. En 2007, elles sont toutes réunies en un chemin de rando (sur lequel il y a beaucoup à redire.....)

 

Vers-le-pic-Carlit-1.jpg

 

Prats-Balaguer-1.jpg

 

Prats-Balaguer.jpg

 

Nous nous engageons donc sur cette veille route et effectivement certains secteurs sont encore pavés, mais elle a surtout été défoncée par le passage de nombreux troupeaux. Depuis Sauto, la montée jusqu'à la Serre de Clavera (1995 m) se fait par un sentier qui monte à découvert en traversant une zone agro-pastorale. Il monte progressivement en lacets.

 

Chemin-Vauban-1.jpg

 

Chemin-Vauban-2.jpg

 

Un couple de cavaliers nous dépasse. Nous nous faisons la réflexion que leurs chevaux ont des pattes bien fines pour crapahuter en montagne. Quelques minutes plus tard, nous les recroisons. Ils font demi tour. L'un des cavaliers tenant son cheval qui boîte bas par la bride....

 

Chemin-Vauban.jpg

 

Il faut savoir que la fin de cette montée traverse un terrain militaire, alors que l'on rentre dans la forêt. Cette zone est un champ de tir et plein de panneaux tous plus sympathiques les uns que les autres signalent aux randonneurs qu'ils ne doivent pas faire de pauses ici!! En même temps vu le nombre d'arbres complétement explosés, il est clair que ce n'est pas l'endroit le plus engageant pour glandouiller!!

 

Comme cette forêt est une zone militaire,  elle ne semble pas entretenue. Je ne sais pas si cela a un rapport, mais, nous y avons vu deux cerfs, un renard, des rapaces....et des vaches.

 

Nous arrivons au sommet à l'heure que j'avais prévu initialement. Je suis plutôt content. Nous avons marché à un bon rythme sans que cette rando ne se transforme en course contre la monte!

 

Serre-de-Clavera-1.jpg

 

Pendant notre pause, assis sur un tronc de sapin, un peu à l'écart du sentier, nous croisns 3 VTTistes qui amorcent leur descente vers Olette. C'est à ce moment précis du récit que je pousse mon coup de gueule. En effet, toute la descente vers Olette se fait par un sentier défoncé par les VTTistes. Il semble que cet itinéraire soit très emprunté par ces cyclsites. De ce fait, ils ont creusé un sillon, de la largeur de leurs pneus. En outre, Ils ont fait sauter tous les cailloux qui se retrouvent donc mobilisés et répandus sur toute la largeur du chemin. Par conséquent, sur toute la descente, les pieds ne sont jamais à plat et les torsions de chevilles récurrentes. Cette descente est donc très éprouvante car à chaque enjambée, il faut faire attention à l'endroit où poser son pied...Pour un chemin qui se dit de rando, ce tronçon n'est pas du tout adapté ni à la rando pédestre, ni équestre......

 

Serre-de-Clavera-2.jpg

 

En arrivant à Llar, nous allons voir une petite église, située un peu en dehors du bourg. Devant elle se trouve son vieux cimetière encore fleuri et entretenu. Nous y voyons une tombe (passerelle au dessus de l'abîme du temps) d'un homme mort en 1796. Par contre, nous n'avons pas réussi à lire sa date de naissance.

 

Llar-2.jpg

 

Llar 1

 

Ce chemin file droit vers l'est et il suit non seulement le cours de la Têt, mais aussi, les rails du Train Jaune. Nous l'avons entendu plusieurs fois, et, parfois, entre les arbres, nous l'apercevons 1000 m en dessous de nous!

 

Train-jaune-3.jpg

 

Vers-Canaveilles.jpg

 

Nous atteignons ensuite le charmant hameau de Canaveilles dans lequel il y a de nombreuses sources. L'eau coule en abondance, parfait pour se rafraîchir mais il fait la partager avec les guêpes! Nous discutons avec quelques villageois qui nous apprennent qu'Olette n'est plus qu'à une vingtaine de minutes de marche. Cette nouvelle nous fait du bien!! Pourtant même si nous avons emprunté le bon itinéraire nous mettons environ une heure à atteindre notre destination......Certes, nous marchons cahin caha, d'autant plus que la miss, dans cette descente fatale pour les chevilles, s'est fait mal, mais il y a un p'tit quelque chose de pas cohérent!

 

Canaveilles-2.jpg

 

Canaveilles-1-copie-1.jpg

Finalement, nous atteignons malgré tout notre gîte d'étape: "A taste of Catalonia" qui comme vous l'avez compris est tenu par un aimable couple d'anglais.

 


Tag(s) : #Vadrouilles dans les Pyrénées Orientales