Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

Voici une aide à la lecture des articles écrits sur les ruines de la Grèce antique. Les termes expliqués sont classés par ordre alphabétique.

Cella:
C'est un terme romain, il faudrait dans le cadre de ces artciles parler de naos. Ces termes désignent dans un temple la salle dans laquelle se trouvait la statue représentant la divinité adorée.

Guerres médiques:

Elles débutent en 490 av JC. Après la révolte réprimée des cités grecques en Ionie (Asie mineure) contre l'empire perse et son grand roi Darius en 494 av JC. A cette révolte les cités grecques d'Athènes et d'Eretrie s'y sont jointes en envoyant quelques navires de guerre.

Darius entend étendre sa domination à toute la mer Egée et supprimer l'obstacle que représentent les cités grecques et en particulier Athènes et Eretrie. Le Grand Roi lance une flotte composée de 600 navires, 20.000 combattants et une importante cavalerie. Cette armée soumet  toutes les îles (Naxos, Délos...) dont Erétrie en Eubée. Temples et bâtiments publics sont détruits. La population est réduite en esclavage.

Elle débarque ensuite dans l'Attique, au nord de Marathon.Les troupes athéniennes auxquelles se joint quelques combattants de Platées prennent place en haut de la colline dominant la plaine. Les Athéniens menés par Militiade décident de lancer l'offensive alors que l’ennemi était encore divisé.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/da/Battle_of_Marathon_map-fr.svg/781px-Battle_of_Marathon_map-fr.svg.png

L'attaque, menée par les forces athéniennes concentrées sur leurs ailes, prend les Perses par surprise. Les flancs perses lâchent prise et les hommes doivent battre en retraite vers la mer. Les Athéniens se précipitent sur le camp ennemi pour tenter d’empêcher la flotte perse de venir à la rescousse. Dans une courte et sanglante bataille, 6400 Perses perdent la vie dans les marais et sur les plages, tandis que les Athéniens n'auraient perdu que 192 hommes.Cette victoire est celle des hoplites, de l'infanterie. Le général perse Artaphernès préfère se replier et retourner en Asie mineure.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7a/Hoplites_fight_Louvre_E735.jpg/800px-Hoplites_fight_Louvre_E735.jpg

Entre 490 et 480 av JC, les cités grecques ne songent pas à organiser une nouvelle défense. Seule Athènes, sous l'égide de Thémistocle se prépare activement en construisant une flotte de 200 trirèmes.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3e/Model_of_a_greek_trireme.jpg/800px-Model_of_a_greek_trireme.jpgsource:
Deutsches Museum, Munich, Germany


Du côté perse, Xerxès succède à son père Darius en 486 av JC. Il prépare activement la guerre. Les forces perses se réunissent en Thessalonique. Elles regroupent 150.000 combattants, 30.000 cavaliers et 600/700 trirèmes. Les armées grecques réunies en 481 av JC pour faire face à cette invasion sont bien moins nombreuses. Le commandement des troupes est confiée aux Spartitates.

Cette deuxième guerre médique est connue pour 4 batailles importantes:

Les Thermopyles (épisode que l'on connaît avec le film "300") a eu lieu en  480 av JC. Les Grecs avec une armée de 7000 hommes commandée par Leonidas entend bloquer l'accès de l'Attique en occupant le défilé des Thermopyles à l'armée perse bien plus nombreuse. Cette stratégie a fonctionné jusqu'au moment où l'armée perse arrive à contourner les Grecs. Alors, la majorité de l'armée s'enfuit sauf 300 hopltes spartiates complétés par 700 combattants de Thèbes et de Thespies. Ces hommes se sacrifient pour laisser aux Grecs le temps d'organiser leur défense en infligeant aux Perses de lourdes pertes..

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/Jacques-Louis_David_004.jpg/300px-Jacques-Louis_David_004.jpgLeonidas aux Thermopyles: Jean Louis David 1814

La bataille de Salamine. L'attique est donc ouvert aux forces perses. Elles prennent les villes dont Athènes. Son acropole est prise et dévastée. La flotte grecque stationne dans la baie de Salamine à la fin de septembre 480.

Thémistocle commandant la flotte athénienne brusque les événements.
Simulant un mouvement de retraite vers Salamine, la flotte athénienne décide ainsi les forces perses à lancer leur flotte à leur poursuite. Les ennemis des Athéniens sont alors entrainés dans l'étroit détroit de Salamine.

Le lendemain matin, la flotte athénienne avait le dos tourné à l'île de Salamine et faisait face aux  navires perses. En début de matinée, sous les ordres de Thémistocle, les Athéniens commencent à encercler la flotte adverse. Quelques heures plus tard, la manoeuvre terminée, les trières, bien qu'inférieures en nombre, foncent sur les navires perses. Les étraves en bronze dont sont équipés les navires athéniens percent les coques des navires ennemis. À la fin de la journée, après 12 heures de bataille, alors que les Grecs ne perdent dans cette bataille que 40 navires, la moitié de la flotte perse avait été coulée. Ce qu'il en reste se retire et se dsagrège. Xerxès alors qu'il obervait la bataille, repart en Asie mineure. Le roi laisse à Mardonios le gros de l'armée.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/Szalamisz.jpg

 

La bataille de Platées. En 479, Mardonios envahit de nouveau l'Attique.Puis, face à la menace d'un renfort spartiate, commandé par le roi de Sparte Pausanias, il se replie en Béotie. L'affrontement a lieu le long des pentes du Cithéron, dans la région de Platées, près de Thèbes. Le contingent grec fort de 35000 hommes doit faire face à une armée perse bien plus nombreuse (300000 hommes?) comprenant une cavalerie de remarquable qualité alors que son infanterie est de bien moins bonne qualité. Après quelques semaines de combat, les Grecs emportent la bataille suite à la mort de Mardonios en plein combat. Les pertes grecques sont estimées à environ 3000 morts, il est par contre impossible d’évaluer celles du camp perse. Un énorme butin est pris dans le camp de Mardonios.

 

http://trefaucube.free.fr/IMG1/Grece_4.gif


La bataille du Cap Mycale, en Ionie, achève la débacle de la flotte perse. L'hellespont et les îles sont libérées. La guerre menée par les Perses est finie.

Athènes dans les années suivantes crée la Ligue de Délos, une confédération des cités de l'Attique et des îles de la mer Egée afin de faire face initialement à toute tentative militaire perse. Athènes a le rôle prépondérant dans cette ligue. Cette ligue consacre l'Athènes démocratique dans une politique impérialiste, base de son prestige au V ème siècle.

 

Megaron:

Ce mot grec signifie pour Homère la salle des hommes. En archéologie, ce terme est utilisé pour désigner une salle rectangulaire avec un foyer central encadré de 4 colonnes et précédée d'un portique à deux colonnes et d'une antichambre. Le toit était ouvert au dessus du foyer. Le mégaron existe, dès le néoloithique en Thessalie, vers la fin du V ème millénaire av JC. On le retrouve à fin du IIIe millénaire à Troie I et II et en Anatolie, dans l'architecture hittite, comme salle de réception. En Crète, le mégaron devient avec des variantes la salle principale des palais minoens (Phaistos, Mallia). Il devient commun à l'époque mycénienne


Périclès:

http://agora.qc.ca/mot.nsf/2e730dc630aec62a852568720068fc07/85256b2b000375cc85256aac0041156b/PersPortrait/0.B6?OpenElement&FieldElemFormat=jpgNé vers 490 av JC, mort en 429 av JC. atteint par la peste Il fait partie des familles aristocratiques et en particulier à celles des Alcméonides. Il est le fils de Xanthippe et le petit neveu de Clisthène. De par sa famille, il est préparé à la vie politique.

Dès 461 av JC, il prend la tête du parti démocratique et s'oppose au conservateur Cimon. De 443 à 429, il est élu constamment à la stratégie, plus haute magistrature de la cité, c'est à dire commandant du régiment d'hoplites issu de sa tribu. Il est célébré pour son intelligence cultivée et développée par son cercle d'amis dans lequel figurent par exemple Hippodamos de Milet, Anaxagore, Phidias le sculpteur.

Sa politique correspond à l'apogée de la puissance athénienne. Il étend son influence et renforce la démocratie de la cité en compagnie d'Ephialte. Ainsi, par exemple,  il ouvre la magistrature à tous les citoyens, sans distinction de fortune, par tirage au sort et abandon des conditions de cens. Il fait instaurer le misthos permettant aux magistrats de recevoir  une indemnité de fonction qui permet aux plus modestes d'exercer un rôle politique.

Malgré ses propensions démocratiques, il reste dans la droite lignée de la politique athénienne. Il contribue à la politique impérialiste athénienne en menant à son apogée la puissance militaire maritime de la cité. Les alliés d'Athènes sont soumis, les rebellions réprimées avec violence et plusieurs conflits éclatent. Il restreint également l'accès à la citoyenneté athénienne aux seules personnes issues d'un père et d'une mère citoyen/enne.


Pisitrate:
Premier tyran d'Athènes, il est né vers 600 avc JC et meurt en 527 av JC. Il a fondé la dynastie des Pisitratides. Il accède au pouvoir pour la première fois en 561 av JC, puis de manière durable entre 544 av JC et 527 av JC en occupant l'acropole après un long exil.


Homme d'état avisé, il apporte une solution sérieuse à la crise qui secoue la paysannerie. L'exploitation des mines d'or du Laurion assainissent les finances publiques et alimentent le développement de la monnaie d'argent. Il arrive en outre, à imposer aux aristocrates le respect des conquêtes politiques et sociales menées par Solon. Il a ainsi neutralisé le pouvoir des familles aristocratiques, étape indispensable avant la mise en place de la démocratie du siècle de Périclès. Une politique extérieure ferme jointe à une politique intérieure brillante suscita l'admiration d'Aristote.

Ses fils (Hipparque 527-514) (Hippias 514-510) n'ont pas gouverné comme lui au point qu'une entente entre les aristocrates et les Spartiates les chassent du pouvoir en 510 av JC.

Pronaos:

C'est un mot composé de "pro" signifiant devant et de "naos" signifiant temple. Il s'agit d'un vestibule, de la partie antérieure des temples anciens, qui précède le sanctuaire. Les parois du pronaos peuvent être soit des murs pleins soit des colonnes.


Tyran/tyrannie:

Alors qu'aujourd'hui ce mot a une forte connotation péjorative, ce n'est pas le cas en Grèce antique, tout du moins jusqu'à Platon. Il désigne juste le pouvoir d'un seul homme acquis de manière illégitime alors qu'actuellement, le terme « tyran » désigne un dictateur régnant par la terreur,. Les tyrans sont nombreux au VI ème siècle av JC (comme à Athènes ou à Corinthe par exemple) pour disparaître au V ème siècle av JC sauf en Sicile.

La tyrannie en Grèce antique se présente à la fois comme une  émanation de l'aristocratie et une une réaction contre elle. En effet, les tyrans sont, en général, issus eux mêmes de l'aristocratie. Ils ont souvent effectué une magistrature légale auparavant. Toutefois, en accèdant au pouvoir avec un petit groupe (en profitant soit des dissensions entre grandes familles soit en profitant de l'hostilité que les royautés ont suscitée) ils mettent fin en général soit à l'oligarchie soit à la monarchie.

Les tyrans s'efforcent de trouver des solutions aux crises qui traversent la société en réduisant les écarts de revenus. De cette manière, les tyrans issus eux mêmes de l'aristocratie luttent contre les pouvoirs de celle-ci!! En effet, la nature même du pouvoir tyrannique ne peut s'accommoder des privilèges moraux et politiques de l'aristocratie. Ainsi, au pouvoir d'un petit groupe, l'aristocratie, succède le pouvoir d'un seul, le tyran, mais la loi s'applique à tous. Certains l'ont plus plus difficilement ressenti que d'autres.

Pourtant, la plupart des tyrannies se sont finies dans le sang. Même si ls tyrans ont aidé à dépsser des crises lorsque celles ci sont passées, leur présence est durement ressenti. Ce type de pouvoir n'est pas conforme à celui de la cité.