Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne sais plus si c'est un caillou coincé entre ma quatrième et cinquième vertèbre thoracique ou  si ma côte cassée n'appréciait plus la mollesse de notre matelas bio ou si je m'étouffais la tête écrasée contre mon sac, à moins que ce ne fut par une engueulade entre randonneurs pas d'accord sur le chemin à prendre (peut être bien tout ça en même temps), mais toujours est il que nous nous sommes réveillés, frais et dispo.

Après un concert de fermeture éclair (ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip, ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip, ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip) je m'extraie de la tente pour m'apercevoir que dans la nuit on nous avait volé le soleil.....Le contraste était vraiment saisissant par rapport à la veille. Par moments, le ciel prenait des teintes du pire béton Bouygues.....Erf.........

Nous décidons, d'un commun accord qu'aujourd'hui ça sera une journée tranquillou. Nous prenons notre temps pour le p'tit dej en imaginant que le soleil ne saurait tarder à apparaître...Peine perdue....Nous dirigeons vers le Pog et le château apparaît par intermittences.












L'avantage de ce temps c'est qu'il dissuade  les touristes de monter. D'assez nombreuses personnes préfèrent rester en bas, sur le parking.....Arrivé là haut;  même s'il y a quand même quelques petits groupes, nous pouvons nous isoler un peu dans les ruines du village médiéval pour profiter du paysage, sentir le vent et, il faut bien le dire, buller!!
















Nous quittons le château uniquement mus par la faim. Les cris de nos estomacs doivent s'entendre dans toute la vallée!! Nous ne retournons pas au restau mais dans un autre relais. Ici aussi les produits sont de qualité. Évidemment, je demande une assiette de charcuterie composée de .............?? et d'une bonne bière blanche brassée par un brasseur (étonnant, non?) du coin. Après avoir bien mangé nous piquons un p'tit roupillon dans la pelouse du parking.

Nous sommes réveillés par quelques gouttes d'eau. Précipitamment nous démontons notre tente, engouffrons tout le matériel dans nos sacs car même si ce fut un journée de repos, afin de raccourcir l'étape du lendemain, nous avoins décidé de descendre à Montferrier. En effet, l'étape du lendemain est la plus longue de notre parcours, en dehors du Sentier cathare.

Nous descendons à Montferrier sous une fine bruine. J'avais revêtu ma cape de pluie mais avec le portage du sac j'étais au moins aussi trempé que si je n'en avais pas mis. Enfin bref, nous arrivons à Montferrier, faisons quelques courses pour le soir et surtout pour le lendemain. Nous couchons tôt dans un énième concert de ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip pour se lever tôt...
Tag(s) : #Vadrouilles en pays cathare