Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis un ceretain temps déjà, j'avais entendu parler d'une légende qui se déroulait qur le "Roc des Irreges", le pain de sucre dominant les vallées de Rabat et de Saurat. Jusqu'à récemment, je n'en avais trouvé que quelques extraits qui m'avaient intrigués. Je viens d'en trouver le texte en entier. Et c'est un résumé que j'espère suffisamment bon que je vais vous livrer. Le texte entier se trouve dans le livre de Olivier de Robert: "Contes et Légendes d'Ariège" De borée, 2006. Lecture que je conseille!!

Rabat roche ronde

Du haut de ce pain de sucre, la vue est exceptionnelle, tant sur Rabat et Saurat que sur la vallée de Tarascon. De là haut, c'est à peine si on songe à regarder le sol. Pourtant, un oeil exercé y trouvera des soubassements de murs, des terrasses aménagées...Autrefois se dressait là un château.

Côté Rabat, on parle de la "Roche Ronde", dans les archives minicipales du "château de Miramont". Du côté sauratois, on parle de "Roc des Irreges".... Ce terme pourrait signifer quelque chose comme colère....Etrange....

La légende sauratoise dit que deux frères sauvages vivaient dans ce château, vêtus de peaux de bêtes et enlevaient à l'occasion des jeunes filles de la vallée que l'on ne revoyait plus jamais.....Ces Irregges, ces sauvages, ces seigneurs colériques firent règner dans la vallée de Saurat une telle terreur que les habitants de la vallée décidèrent d'en finir, mais ces irreges vivaient dans une tannière inexpugnable et foritifiée.

Conseil fut pris auprès du plus sage des Sauratois. Il demanda à ce que deux beaux pantalons rouges dans le meilleur des tissus soient confectionnés. Sur les consignes de l'ancien, ces pantalons furent suspendus par les hommes les plus vigoureux à une branche basse. Ces derniers se cachèrent alors dans les buissons.

Peu de temps après, les deux frères vinrent fureter aux alentours et ils s'arrêtèrent frappés par la beauté des deux habits, eux qui n'étaient que vêtus de peaux de bêtes. Ils se précipitèrent pour les enfiler. Les Sauratois bondirent alors hors des buissons pour se saisir d'eux. Ils capturèrent l'un des deux sauvages tant il était empêtré dans son pantalon qu'il ne savait revêtir. L'autre fuit. Après un procès, ile premier des deux frères fut condamné à mort et fut brûlé. Les Sauratois, galvanisés par leur prise, prirent de force le château. Dans le combat, un jeune homme se saisit du deuxième sauvage et  ils chutèrent tout deux dans le vide. Les deux frères avaient disparu. Le château fut rasé.

roc-des-irreges.jpg

Il serait possible de ne voir dans cette légende qu'un conte un peu farfelu, une légende locale digne de bien peu d'intérêt. Pourtant, on aurait bien tort. En effet, sur le somment de ce pain de sucre se lient légende et histoire.

Comme le rappelle l'auteur, dans les archives de l'Inquisition est mentionné le terme de "botz des irreges". Botz désigne non pas le château mais les bois, forêts alentour. Là, Irregge ne signifie pas colére mais hérétique.

Comme je l'ai exposé dans l'historique de Saurat, le château de Miramont existe certainement depuis le X ème siècle puisque mentionné dès 970. Aux XII ème et XIII ème siècle, les comtes de Rabat y tiennent garnison. Ces derniers sont très liés aux comtes de Foix (ils en sont les vassaux) et à la croisade contre les Albigeois. Cette famille comtale a accueilli des hérétiques, on parle même de Guilhabert de Castres, mais on ne sait pas où. Dans le château? dans les bois?

rocEn 1247, trois ans après la chute de Montségur, le château de Miramont est rasé par les comtes de Foix, sous la vindicte du roi de France pour punir la famille de Rabat d'avoir pactisé avec les hérétiques et d'avoir  participé à la défense de Montségur. Les ruines que l'on voit là haut sont donc les vestiges de ce château. Malgré la destruction de cette forteresse, les habitants de Rabat parlent encore, un siècle plus tard, d'un "bois des hérétiques".

Ainsi, avec ces éléments historiques, on comprend mieux cette légende. En effet, il est aisé d'associer les Irreges revêtus de peaux de bêtes aux hérétiques cathares, aux prédicateurs souvent nommés les revêtus. N'oublions pas que tout ce qui était matériel était honni par les cathares et , par conséquent, leur apparence physique ne devait pas leur importer.

Le thème relatif aux femmes évoque certainement la part importante que ces dernières ont joué dans le développement du catharisme. La figure d'Esclarmonde de Foix le prouve bien. Si elles disparaissaient c'est parce qu'elles se retiraient du monde.

Le supplice du bûcher réservé au premier frère est très explicite et fait  directement référence au sort réservé aux derniers Parfaits de Montségur et de manière générale à tout hérétique.

La destruction du château fait peut être référence à sa destruction en 1247.

Nous serions ici en présence "d'une subsistance d'un épisode du catahrisme qui serait passé à travers  le filtre des siècles pour venir jusqu'à nous.....si vos pas vous mènent sur les hauteurs de Miramont, tendez l'oreille aux vents qui passe. Qui sait s'il ne vous contera pas les mêmes folies que moi...."

saurat-.jpg
Tag(s) : #Saurat