Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Louvain se trouvant entre Liège et Bruxelles, sur les avis avisés de Ddc, nous avons visité cette ville. Comme Leuven ne compte que 90 000 habitants et que le centre n'est pas très étendu, nous n'y sommes restés qu'une grosse demi-journée, sous un beau soleil.

 

Quand, dans une gare belge, on demande un billet pour Louvain, il est fort probable qu l'on se retrouve avec un aller pour Louvain la Nouvelle et non pour Louvain la ville flammande (Leuven) dont il est question ici. Pourtant jusque dans les années 1960, il n'y avait qu'une seule Louvain, la ville flammande. Jusqu'à cette date étaient réunis dans une même université les étudiants néerlandophones et les étudiants francophones. Ces derniers (suite à une querelle linguistique) ont été contraints de quitter cette ville. Pour continuer leurs études, Louvain la Neuve a été fondée dans le Brabant wallon. Même si elles ne sont distantes que d'une trentaine de kilomètres, il ne s'agit pas du tout des mêmes villes, l'une ayant un riche patrimoine historique, l'autre étant une ville nouvelle!

 

Lorsque l'on sort de la gare de Louvain, le contraste avec Liège est énorme. En effet, les quartiers aux alentours de toutes les gares, dans de nombreuses villes comme Liège, sont en général peu attractifs, parfois sales et peu plaisants. Ici, ce n'est vraiment pas le cas! Cette ville sent la richesse, l'opulence et la propreté (peut être même trop!!). La rue menant de la gare au centre ville (la Bondegenotenlaan) est emplie de commerces, de magasins de grandes marques....etc Il y a de nombreuses rues piétonnes. Ville universitaire, il y a plein de jeunes.

 

Leuven m'a paru posséder un côté très néerlandais par la multitude de 2 roues et la quasi absence de voitures dans le centre ville. En tout cas, c'est de cette manière que j'ai ressenti cette ville en tant que Français habitué aux villes un tantitnet bordélique et aux rues mal propres.

 

L'apparence des habitants reflète aussi cet aspect riche et étudiant. En effet, nombreux sont ceux/celles qui sont habillés en baba cool avec des fringues de marque. D'autres revêtent des habits aux coupes et aux couleurs de la bourgeoisie classique et traditionelle: bleu, blanc, vert, rouge. Malgré ça, il n'en demeure pas moins que Louvain semble être être une ville prospère, calme et qui doit être agréable à vivre.

 

Rues de Louvain

 

Louvain/Leuven

 

Aller à Louvain et ne pas se balader sur la Grote Markt serait une grossière erreur. En effet, c'est ici que se trouve un magnifique Stadhuis (hôtel de ville). Il a été édifié au XV ème siècle, par Matheus de Layens, en 1439 précisément. Il est composé de 4 tours d'angle et de 2 tours de faîte et d'une balustrade qui longe tout le bâtiment. Les nombreuses niches ont été pourvues de statues au XIX ème siècle. Elles représentent des personnages importants de l'histoire de cette ville (il y aurait même Bonaparte), les patrons des différentes paroisses...etc

 

Louvain-stadhuis

 

Louvain-stadhuis

 

Louvain-stadhuis

 

L'ordonnancement horizontal et vertical est, je trouve, presque trop symétrique et trop parfait! Ceci dit, ca ne m'a pas empêché de rester assis bien longtemps pour observer cette magnifique façade.

 

Faisant face au Stadhuis, se trouve la Sint-Pieterskerk. Les élévations actuelles datent aussi de la deuxième moitié du XV ème siècle. Matheus de Layens participa à sa construction.Cette église est un exemple du style gothique brabançon tardif. L'église actuelle est édifiée sur deux églises antérieures et romanes. Trois tours devaient parachever cette construction. L'une d'elle devait même atteindre 170 mètres de haut. Malheureusement comme le terrain naturel est trop meuble, il n'a jamais été possible d'édifier ces tours. Il ne subsiste que les fondations de celles ci. Ce problème de terrain trop meuble empêcha la construction du beffroi ayant du prendre place à côté du Stadhuis.

 

Louvain-collegiale-saint-pierre

 

Sint-Pieterkerk

 

Sint-Pieterkerk.

 

Encore plus charmant que le Stadhuis, il fait bon flâner dans le Groot Begijnhof, c'est à dire dans le Grand Béguinage, inscrit au patrimone mondial de l'UNESCO en 2000. Le terme de béguinage désigne à la fois une communauté autonome de religieuses le plus souvent (les Béguines) ou de religieux (les Béghards) et un ensemble de bâtiments construits autour d'une cour arborée et d'une église destinée à recevoir cette communauté.

 

Louvain/Leuven

 


 Louvain/Leuven
 

 

Louvain/Leuven

 

Ce mouvement est né en wallonie au XII ème siècle, le plus ancien béguinage se trouvant à Liège. Il se répand en Flandres au XIII ème siècle, seule région à comporter des béguinages constituant de véritables cités à l'intérieur des villes. Ils regroupent essentiellement des femmes dévotes qui se sont tournées vers l'adoration de dieu et qui veulent mener une vie pieuse et contemplative. Toutefois, à la différence de la vie monastique, ces femmes, ces communautés sont actives. Elles doivent gagner leurs vies en travaillant, même si elles sont assez fortunées pour ne pas avoir besoin de travailler. Ainsi, ces communautés sont autonomes et ne dépendent que d'elles. Les monastères étant, à cette époque, saturés, le béguinage est la solution (et la pratique) qui se développent afin de fournir à ces femmes un cadre. Ces béguines ne sont donc pas cloitrées et bénéficient par conséquence de liberté. Elles ne vivent donc pas non plus sous le coup d'une règle (cistercienne, dominicaine....etc). Autant dire que cela n'a pas plu à la papauté qui a tenté de les interdire en 1215. Toutefois, en Flandres les béguinages continuent de se développer.

 

Louvain/Leuven

 

Louvain/Leuven

 

DSCN3578.jpg

 

Le Béguinage de Leuven a été édifié à partir de 1232. La population de béguines augmentant, il est décidé de construire une église, l'actuelle église saint Jean Baptiste, en 1305. Ce béguinage atteint son apogée au XVIII ème siècle, date à laquelle il regroupe un population de 300 béguines. L'aspect actuel du béguinage date de cette époque. Il décline ensuite lentement jusqu'à la mort de la dernière béguine en 1988. En 1962, l'ensemble du site, à l'exception de l'église, a été vendu à l'université de Leuven, qui s'est engagée à tout restaurer de fond en comble. De 1963-1972, lors d'une première phase, la plus grande partie du Grand Béguinage a été restaurée et aménagée en habitations pour étudiants et professeurs. Il est baigné par les deux bras de la Dyle et forme un ensemble très romantique et très calme d'environ 70 maisons et composé de nombreuses petites ruelles

 

Louvain/Leuven

 

Louvain/Leuven

 

Au terme de cette visite, nous sommes allés manger dans un chouette café resto sur une petite place tranquille.Lorsque nous avons ouvert les menus nous avons compris que le séjour dans la partie flammande allait être compliqué et drôle: "penne met ballekes boontjes gestoofde ajuin en eenzachte provençaalse saus"!! Mais avant ces joyeusetés, nous sommes restés quelques jours à Bruxelles.

Tag(s) : #Belgique