Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans un article précédent, j'ai évoqué assez rapidement les termes de Caracalla. Un article plus complet ne peut leur faire qu'honneur puisqu'il s'agit, non seulement, de l'un des complexes thermaux les mieux conservés de toute l'Antiquité, mais aussi, du plus grand, dépassé en taille, mais pas en magnificence, par les Thermes de Dioclétien, postérieurs d'un siècle.

 

http://www.maquettes-historiques.net/R84X.jpg

source: www.maquettes-historiques.net/page23aa.html

 

Ils sont situés au sud de la ville impériale, dans la XII ème Regio.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c0/Carte_Rom_Caracalla_baths.jpg

Plan de la Rome antique

 

Historique:

 

Ces termes ont été conçus par Septime Sévère. Inaugurés par son fils Caracalla en 216 ap JC, on considère qu'ils ont été achevés sous les règnes d'Elagabal et de Septime Sévère en 235 ap JC. Il y eut d'assez nombreuses restaurations au cours des siècles et, au V ème siècle, certains écrits d'auteurs latins nous informent qu'ils sont encore en activité. Certains estiment même que ces thermes font partie des sept merveilles de Rome (Polemus Sylvius). Ils ont fonctionné jusqu'en 537 ap JC date du siège de Rome par les Goths et leur roi Vitigès. Ce dernier décide de murer les aqueducs afin de briser l'approvisionnenment en eau de Rome et pour prendre la Ville par la soif.

 

Il semble que pendant le Moyen Age, même si les thermes ne fonctionnent plus, cette zone n'est pas abandonnée. Elle a  notamment servi aux VI-VII ème siècle de cimetière, puis à partir du XII ème siècle de carrière. Les thermes fournissent la matière première pour les décorations des palais et églises. Au XIV ème siècle, c'est une zone maraîchère.

 

Thermes-de-Caracalla11.JPG

 

Les premières "fouilles" commencent à la mi XVI ème siècle sous l'impulsion du pape Jules II et surtout par Paul III Farnèse causant de nombreux dommages. Entre 1545 et 1547, une grande quantité de statues, d'objets précieux, de bronze sont prélevés sur le site pour enrichir les collections personnelles (ce qui est un peu l'inverse d'une démarche archéologique!!).

 

Jusqu'au début du XIX ème siècle, le site est oublié. Ce n'est qu'à partir de 1824 qu'ont lieu des fouilles archéologiques systématiques. Elles se poursuivent tout au long du XIX ème siècle et au début du XX ème siècle, pour reprendre en 1980. Ce n'est qu'à cette date que les thermes retrouvent leur plan originel.

 

En 2001, les Thermes retrouvent une nouvelle vie puisqu'ils accueillent désormais un certain nombre d'événements culturels et musicaux.

 

Le chantier :

 

Cet ensemble architectural s'étend sur 11 hectares enivron.occupant une surface à peu près carrée de 337 mètres de long, pour une largeur de 328 mètres. A l'intérieur de ses murs, il est estimé que les Thermes pouvaient accueillir, en même temps, jusqu'à 8000 personnes.1600 personnes pouvaient prendre leur ablution de concert.

 

Il a été calculé que le travail d'environ 9000 ouvriers (terrassiers, géomètres, sculpteurs....) pendant 5 ans a été nécessaire afin de réaliser ces thermes et construire les 252 colonnes qu'ils contenaient.

 

Pour s'y rendre, il a fallu tout d'abord créer un nouvel axe de communication : la via nova antoniniana.Elle relie le Circus Maximus à la via appia.

 

Puis, il a fallu s'occuper de l'indispensable alimentation en eau de cet établissement. Elle est fournie par l'acqueduc Aqua Nova Antoniniana, dérivation de l'acqueduc Aqua Marcia. Des tuyaux en plomb et en pression partant des citernes alimentent tout l'édifice, ses fontaines, ses bains, ses bassins...etc. Certes, il faut  apporter l'eau mais, il faut aussi aussi prévoir son évacuation. C'est le rôle de l'égout  se trouvant à 10 m de profondeur sous le niveau de sol des Thermes.

 

Certains bains se prenant chaud, dans les entrailles de ce monument ont été dégagés 24 praefurnia (fours, chaudières). Il a été estimé que ces thermes en comptaient le double. Ces fours et chaudières devaient consommer, par jour, environ 10 tonnes de bois...

 

L'architecture:

 

 

Ce complexe n'est pas seulement des thermes, il s'agit aussi d'un lieu de promenade, d'étude (avec des bibliothèques, noté en T sur le plan), de sport, de soins du corps. L'édifice thermal, qui en est quand même la part la plus importante, occupe la partie centrale.

 


 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Caracalla-Grundriss.jpg 

 

Le bloc central mesure 214 mètres de long pour une largeur de 110 mètres. Il forme un rectangle dont seul le caldarium (la salle des bains chauds et  circulaire) sort du cadre. De chaque côté se trouvent les palestres (G sur le plan). Il s'agit de salles couvertes et entourées de portiques où se pratiquent les exercices physiques et la lutte. Les vestiaires  (L sur le plan) encadrent une piscine découverte  (D sur le plan).

 

Au centre, cette salle couverte, est le frigidarium, (C)  la salle des bains froids constituée de quatre bassins (E sur le plan). Le trepidarium (salle des bains tièdes et sas avant de pénétrer dans la salle des bains chauds)  est composé de deux bassins alors que le caldarium en possède sept. Les salles de sudation, les laconica, se trouvent de part et d'autre du caldarium (O sur le plan).

 

La palestre.JPG

 

Ces ruines, conservées sur 30 m de haut, comprennent à l'origine deux étages. il est probable selon les auteurs qu'il s'y trouvait les salles de massage, d'épilation....etc

 

La salle principale, le coeur de ces termes, est le frigidarium. il s'agit d'une salle de 58 m de long pour 24 mètres de largeur.En effet, tous les utilisateurs des bains confluent dans un premier temps (en provenant des vestiaires) dans cette salle. Puis, ils se dispersent dans les différents bains et repassent ici en changeant de salle. Point central de l'édifice, la décoration y est soignée.

 

Le caldarium, de plan circulaire, est couvert d'une coupole de 36 mètres de diamètre. De grandes fenêtres vitrées contribuaient au chauffage de la pièce grâce au rayonnement solaire.

 

Le caldarium

 

La piscine, de taille impressionnante, mesure 50 mètres de long pour 22 mètres de large. Ses murs mesurent plus de 20 mètres de haut. En revanche, le bassin est de faible profondeur, peu propice aux plongeons!!

 

Décoration:

 

mosaïque 3

 

Les thermes de Caracalla sont très richement décorés et ont été qualifiés, à l'époque, de "magnificientissima": pavements en marbre coloré, mosaïques en paâe de verre et marbre, stucs peints, d'innombrables statues dans les non moins nombreuses niches....

 

mosaique.JPG

 


Parmi les si nombreuses statues découvertes dans ces thermes, on peut citer le Taureau Farnèse, le célèbre Hercule colossal au repos en appui sur sa massue, Atrée et Thyeste.....etc Les deux bassins en ganit gris se trouvant aujourd'hui sur la piazza Farnèse, devant le palais Farnèse et donc l'ambassade de France, étaient à l'origine dans le frigidarium des thermes!!

 

Hercule.JPG

 

Hercule1.JPG

 


 

Les sous sol:

 

La partie la moins connue puisqu'on ne peut, pour le moment les visiter.Il s'agit d'un dédale de galeries mesurant 6 m de large pour autant de haut. On y trouve à la fois les dépôts de bois, le système hydrique, le système de chauffage, un moulin, mais aussi un temple dédié à Mythra, un mithraeum.

 

Cliquez ici pour comprendre l'importance et la rareté d'un temple dédié à Mythra.

 

Thermes-de-Caracalla9JPG.jpg

 

Conclusion:

 

Malgré une telle magnificence, malgré une telle grandeur, l'accès aux thermes a toujours été très peu onéreux Toutes les catégories, toutes les franges de la population se retrouvaient ici pour se détendre, s'instruire, se laver....

 

Ainsi, ces thermes sont non seulement un témoignage de la grande capacité architecturale de la Rome antique mais aussi une composante essentielle de la vie quotidienne de l'Antiquité.

Tag(s) : #Italie