Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Distance: 24 km

Dénivelé: + 200 m

 

Après une nuit fort venteuse et plutôt courte, nous nous réveillons au petit matin. Le ciel est bleu et le vent souffle encore fortement. Nous profitons de ce lever mâtinal, pour fausser compagnie aux autres randonneurs qui ronflent encore sous leurs tentes. Avec le vent, la température est fraîche, mais c'est tellement agréable d'ouvrir le chemin dans cette si belle lumière.

 

vers-saint-germain-de-calberte.jpg

 

Comme assez souvent, le début de cette randonnée est une montée. Malgré le vent, j'ai assez vite chaud. je grimpe jusqu'au col en débardeur alors que la miss a gardé la polaire toute la matinée!! J'ai vraiment pris plaisir  à monter en sentant la différence de température entre mon corps et celle du vent. C'était génial de le sentir courir sur ma peau.

 

Nous avançons silencieusement et nous avons le plaisir de voir biches, lapins et même une fouine qui a traversé le chemin, si vite, devant nous. Nous empruntons l'ancienne route royale, maintenant  large chemin empierré. Au bord de ce celui-ci se trouvent quelques menhirs aux pieds desquels nous faisons quelques pauses avant d'arriver au col de la Pierre Levée se trouvant sur le Mont de la Vieille Morte, lieu d'une funeste et étrange légende.

 

Vers-saint-germain-de-calberte-1.jpg

 

Vers-saint-germain-de-calberte-2.jpg

 

Vers-saint-germain-de-calberte-3.jpg

 

Nous nous engageons alors dans la descente vers Saint Germain de Calberte. C'est à partir de ce moment que la douleur au genou m'a pris et ne m'a plus lâché. Nous entrons dans le village alors que les cloches sonnent la midi! On avait prévu d'arriver d'y arriver à cette heure là, mais jamais je n'aurais pensé npous serions si ponctuels!! Pour une fois pas de casse croûte, nous profitons d'un sympathique et petit restau pour nous restaurer.

 

saint-germain-de-calberte-2.jpg

 

Saint-Germain-e-Calberte-1.jpg

 

Je pensai qu'une bonne pause et un bon repas suffiraient à faire partir la douleur mais ce fut peine perdue. A peine quelques centaines de mètres plus loin, je ne puis plus avancer. Je m'assois sur un muret, gobe des anti douleurs avant de repartir pour les neuf derniers kilomètres vers Saint Etienne Vallée Française, cahin caha. Un monsieur d'un certain âge nous rattrape. Il reste avec nous le temps d'échanger quelques mots et comme notre rythme n'est vraiment pas soutenu, il continue son chemin.

 

saint-germain-de-calberte-3.jpg

 

La descente vers Saint Etienne Vallée Française n'a vraiment rien de particulier.En revanche le village de Saint Etienne est très joli.C'est un endroit très agréable pour passer quelques vacances. Il y a, en effet, de nombreux cours d'eau où batifoler tranquillement, de belles ballades à faire, des châteaux à visiter....

 

Nous atteignons, comme des éclopés et non sans s'être trompé de chemin et s'être donc rajouté des kilomètres, le camping du Martinet. Nous y passons la soirée. Le lendemain, il est évident que je ne peux continuer à marcher. Nous effectuons la dernière étape de notre trajet (Saint Etienne Vallée Française-Saint Jean du Gard) en stop. Saint Jean du Gard, terme officiel du périple de Stevenson et arrêt brutal de notre rando. C'est là qu'il se sépare (non sans larmes) de Modestine, c'est de là que tout penaud nous retournons chez nous alors que les Pyrénées audoises nous attendaient.

 

Malgré tout, ce fut une très belle rando. Je garde un très bon souvenir des premières étapes et en particulier de celle du Mont Lozère. Il est sûr que je retournerais là bas tôt ou tard.

 


Tag(s) : #Vadrouilles dans les Cévennes