Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Or donc, j'en étais à "la nuit fut merdique et mouvementée"....Nous partageons la chambre spartiate avec 6 autres personnes. La chambre ne mesurant pas plus de 8m², elle est composée de 8 couchages (4 en bas, 4 en haut) côte à côte (au sens propre du terme). La miss dort le long du mur, moi à ses côtés et à ma gauche se trouve un pêcheur....

 

Coume-d-agnell-1.jpg

 

Il pêchait dans l'étang situé en contrebas et  n'ayant pas vu l'heure avancer, plutôt que de redescendre, il préfère dormir au refuge. Soit, mais hormis ses cannes et ses paquets de clopes, il n'a rien sur lui. Il ne s'est donc pas lavé et, par conséquent, il sent le bouc qui plus est à l'haleine blindée par le tabac. Lui, s'est endormi très rapidement, tourné vers moi, en ronflant comme un goret dans mon oreille....La nuit ne fut donc pas bonne.

 

Au dessus de nous, dormait un jeune couple. Alors que le pêcheur ronfleur ne sévissait pas et que je me disais que j'allais peut être trouver enfin le sommeil, le couple du d'ssus s'est mis à faire du sexe vu les soupirs de la jeune femme...

 

Coume-d-agnell.jpg

 

A 6h du matin, le réveil du pêcheur sonne. La sonnerie réveille tout le monde sauf......le pêcheur. Il lui faut bien 5 bonnes minutes pour s'en rendre compte. Il l'éteint et se rendort pour ronfler de plus belle. Vers 6h30, le patron du refuge ne le voyant pas au p'tit déj (qu'il devait prendre à 6h), rentre dans la chambre et le réveille en parlant fortement....Nous profitons de son absence pour apprécier le calme pendant 30 minutes avant de se lever et de se préparer à partir pour le Lac des Bouillouses.

 

Coume-d-agnell-5.jpg

 

Sur la terrasse, à 7h du matin, la température était fraîche: 06°c mais le temps était splendide, complétement dégagé. Il était grand temps de partir. Ni un pêcheur ronfleur ni une mauvaise nuit ne m'auront empêché de profiter pleinement de la fabuleuse journée qui s'annonçait! Foi d'Ourson!

 

Coume-d-agnell-3.jpg

 

Nous commençons par suivre le ruisseau de Coume d'Agnel. Le puig Pedros, massif et imperturbable, du haut de ses 2842 m, veille sur cette jasse. Les paysages sont calmes, paisibles et sauvages. Il règne un grand silence à peine perturbé par les roulis du ruisseau et quelques oiseaux.

 

Puig-Pedros.jpg

 

Coume-d-agnell-2.jpg

 

Coume-d-agnell-4.jpg

 

Par moments, le GR est dur à suivre. Le sentier disparaît lorsqu'il passe dans des pierriers. Il faut lever le nez, se reprérer aux balises et avancer en s'aidant parfois des mains.

 

Coume-d-agnell-6.jpg

 

Pont-.jpg

 

Coume-d-agnell-7.jpg

 

Au-dessus-de-la-coume-d-agnell-1.jpg

 

Au-dessus-de-la-coume-d-agnell-2.jpg

 

Au clos des Bésineilles, nous faisons une pause au dessus d'un petit étang, sur un replat. En me retournant, j'ai été sidéré de voir qu'il y avait de la neige! Pour la première fois, je faisais face à un névé, certes petit mais névé quand même. Nous avons partagé cette "découverte" avec Mr Eamon, compagnon d'infortune de chambrée! Il se montre tout aussi ravi que nous alors que d'autres randonneurs continuent d'avancer le nez dans leurs chaussures. Tant pis pour eux!

 

Clos-des-besineilles-1.jpg

 

Clos-des-besineilles-2.jpg

 

Clos-des-besineilles-3.jpg

 

Clos-des-besineilles-4.jpg

 

Clos-des-besineilles-5.jpg

 

Couma-d-anyell-1.jpg

 

Couma-d-anyell-2.jpg

 

Couma-d-anyell-3.jpg

 


 

Nous atteignons en fin de matinée le col de Coma d'Anyell (2455 m). Une fois franchi ce col, nous nous dirigeons vers l'étang de Lanoux, dominé par le pic Carlit. Ces dimensions sont impressionnantes: longueur  2500 m, largeur 500 m, profondeur 75 m . Sa superficie atteint 158ha pour 70 millions de m3 d'eau.

 

Couma-d-anyell-4.jpg

 

Etang-de-Lanoux.jpg

 

Etang-de-Lanoux-1.jpg

 

Peut être parce que nous nous approchons de la frontière entre l'Ariège et les Pyrénées orientales, le paysage ariégois vert et humide disparaît pour laisser place à un paysage en apparence aride, sec et minéral.

 

Etang-de-Lanoux-2.jpg


 

Etang-de-Lanoux-3.jpg

 

A proximité du lac, nous faisons une longue pause pic nique sur un rocher le dominant.

 

Etang-de-Lanoux-4.jpg

 

Etang-de-Lanoux-5.jpg

 

Etang-de-Lanoux-6.jpg

 

Nous poursuivons notre chemin en contournant le lac. Après une hésitation au croisement entre le GR7 et le GR10 (d'ailleurs Mr Eamon s'est lui aussi trompé) nous arrivons au refuge (non gardé) au bord du lac. Il s'agit de la Cabane de Rouzet. Quelques tentes sont plantées dans ce cadre reposant.

 

Une dernière montée nous attend jusqu'au Portella de la Grava: une grande ligne toute droite à l'assaut d'un mur peu engageant. La miss fatiguée s'arrête très régulièrement pour reprendre sa respiration et admirer le paysage qui change si vite.

 

Portella-de-la-Grava-1.jpg

 

Portella-de-la-Grava-4.jpg

 

Portella-de-la-Grava-2.jpg

 

Portella-de-la-Grava-3.jpg

 

Portella-de-la-Grava-5.jpg

 

Portella-de-la-Grava-6.jpg

 

Portella-de-la-Grava-7.jpg

 

Au sommet, nous découvrons une nouvelle vallée et au loin le Massif du Canigou.  Mr Eamon est là aussi. Il a escaladé l'une des éminences surplombant le col afin de contempler le Massif du Canigou. Il nous dit qu'il a une affection toute particulière pour ce sommet qu'il a déjà gravi 3 fois. Il nous apprend qu'à Vernet les Bains se tient en août une course à pied de 30 km qui non seulement le coutourne, mais l'escalade aussi! Lui et ses quelques 60/65 printemps y a déjà participé.

 

Le début de la descente n'est pas engageante. Elle est périlleuse et très pentue. Elle s'effectue sur des affleurements schisteux rendus très glissants par les nombreux rus qui descendent des montagnes alimentés par les nombreuses précipitations des semaines précédentes.

 

Portella-de-la-Grava-8.jpg

 

Portella-de-la-Grava-9.jpg

 

rec-de-la-grava-1.jpg

 

rec-de-la-grava-2.jpg

 

La descente jusqu'au refuge des Bones Hores est longue, pas loin de 4 heures. Les paysages changent et sont de moins en moins minéral et de plus en plus végétal jusqu'à pénètrer dans une forêt très méditéranéenne de pins.

 

Plus on approche du lac des Bouillouses, plus il y a de monde. Au barrage lui même, il y a foule. Nous perdons de vue notre randonneur anglo-irlandais. Ca crie, ça hurle....La présence d'un troupeau de chevaux ne fait qu'exacerber les cris des enfants! 

 

Lac-des-Bouillouses-1.jpg

 

Lac-des-Bouillouses-2.jpg

 

Dans l'hôtel des Bones Hores, nous bénéficions d'une chambre rien qu'à nous! Après une bonne douche, nous nous posons sur la terrasse de l'hôtel pour se reposer et se désaltérer. Après un bon repas, nous sombrons vers 21h30 dans un profond sommeil....

Tag(s) : #Vadrouilles dans les Pyrénées Orientales