Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour apercevoir cette tour, le promeneur doit se rendre dans l'agora romaine, située dans le Plaka, quartier situé au pied de l'Acropole. Disons le de suite, l'agora romaine d'Athènes n'est guère spectaculaire et mis à part cette tour et la bibliothèque d'Hadrien, il n'y a pas grand chose à y voir (hormis bien zur moultes colonnades et portiques). S'il n'y avait qu'une agora à voir, le voyageur avisé opterait bien évidement pour l'agora grecque et serait comblé par les ruines de stoa, temples, bibliothèque, odéon et autres portiques, voies, tholos, gymnase et bouleutérion!

 

agora-romaine-5.JPG

 

Néanmoins, si les pas d'un voyageur le menaient au coin des rues de Pelopida et Eolou, il ne lui faudrait pas hésiter à pousser les grilles de ce parc archéologique (après s'être acquitté de 3 € bien entendu). Ce serait sans grande difficulté que le dit voyageur arpenterait ces ruines pour se rendre au pied la Tour des Vents.

 

Pour se faire, ses pieds l'auront fait tout d'abord traverser le marché d'Auguste, construit entre 19 et 11. Avisé et futé, il aura tout d'abord remarqué, à droite en entrant, les fondations des premières latrines publiques d'Athènes. Il célébrera ainsi le sens pratique et l'esprit hygiéniste des romains, non sans oublier l'esprit de convivialité qui les animait. En effet, il lui semblerait bien anormal de poser son non moins auguste séant sur ses bancs contenant quatre sièges alors qu'à l'époque tout se faisait en commun(ion).

 

agora-romaine-2.JPG

 

Remis de ces émotions, il  serait surpris de constater que cette tour, construite en marbre pentélique, est de plan octogonal et que son toit est conique. Après s'être rendu compte qu'il s'agit d'une horloge hydraulique, il ne manquerait, par la suite, de s'étonner que cette tour édifiée à l'épopque de Jules César, possède une bien surprenante décoration.

 

agora-romaine-3.JPG

 

En effet, sur le pourtour de sa partie sommitale, sur chacun des 8 panneaux (puisqu'elle est octogonale se rappelle le rusé voyageur) se trouve une gravure personnifiant l'un des huit vents. Chaque gravure fait face au vent qu'elle incarne. Quelle perspicacité se dit le voyageur.

 

Faisant le tour de la tour (oui bon désolé), l'érudit voyageur aura reconnu:

 

Au nord: Borée, représenté en barbu rébarbatif, s'apprêtant à souffler dans une conque

Au nord est: Kaikias, vidant les grêlons de son bouclier,

A l'est: Apéliotis aux bras chargés de fruit,

Au sud est: Euros, le sirocco, enveloppé dans son manteau,

Au sud: Notos, le pluvieux, versant de l'eau d'une amphore,

Au sud ouest, Lips venant de Lybie (avec des missiles) déposant du sable,

A l'ouest: Zéphyr, doux jeune homme paré de fleurs,

Au nord ouest, Skyron.

 

A la différence des autres édifices de cette agora, seule la tour est encore en élévation. A la fin de l'époque romaine, elle fut transformée en église baptismale puis, elle accueillit une communaute de derviches tourneurs.

 

Songeant aux bienfaits et aux nuisances des religions, le voyageur heureux continuera de déambuler dans Athènes se disant qu'il est bon de voyager en prenant son temps, pour apprécier pleinement ses pérégrinations et autres divagations. Il se posera alors sur la terrasse d'un café et commandera: "ena caffé frappé parakalo!"

 

 

Tag(s) : #Grèce