Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges est mon grand-père paternel que je n’ai jamais connu. J’ai appris à le connaître uniquement à partir de ce que mon père a bien voulu m’en dire….A ce sujet, il y aurait énormément de réflexions à mener sur la manière dont on réécrit, falsifie, embellit et finalement transmet ces souvenirs….Une archéologie de l’âme en quelques sortes…..

J’ai toutefois eu cet hiver une occasion unique de l’approcher au plus près car j’ai acquis les carnets de guerre qu’il a rédigés pendant tout le conflit de la première guerre mondiale. Plus exactement, j’ai l’occasion de mieux comprendre ce qu’il est devenu par la suite, car finalement cet événement assez court a eu un énorme impact sur sa vie et l’a a priori complètement bouleversé. Finalement cent ans plus tard, bien des événements familiaux ne sont à comprendre qu’à l’aulne des conséquences de cette guerre…..Bref, au-delà d’une histoire familiale, ces carnets sont un récit de première main de ce que la guerre a été pour un quidam, pour un type qui n’aura été que soldat de seconde classe pendant toue la durée du conflit.

Il a donc écrit 6 carnets dont malheureusement seuls 4 nous sont parvenus. Jeune professeur d’anglais, il les a rédigés dans la langue de Shakespeare, avec la volonté de n’être compris ni de ses supérieurs ni des autres soldats. Dans ces carnets, qu’il a tenu presque quotidiennement, il s’y livre. Il raconte sa vie de tous les jours, les conditions de vie dans les tranchées, les offensives, les bombardements, les morts, les blessures…..Il a fait au plus bref. Il ne s’agit pas de grandes phrases, mais de concises. Il ne s’agit donc pas de carnets écrits a posteriori mais bien d’événements relatés sur le vif.

Les carnets couvrent une période s’étendant du 6 mai 1915 au 19 mai 1918. Ces carnets ont presque 100 ans. Pendant tout le conflit, Georges les a eus avec lui. Ils sont donc en train de se dégrader, d’autant plus qu’ils sont essentiellement rédigés au crayon de papier ou dans une encre violette. Mon père en a déjà fait une première transcription, mais j’aimerais garder une trace de ces supports originels…J’ai essayé de les prendre en photo, mais comme je n’ai pas un vrai bon appareil et comme je ne connais pas grand-chose aux techniques photos, je ne suis pas entièrement satisfait des résultats, pour le moment. J’hésite à les scanner de peur de les abîmer encore plus. Si vous avez des suggestions….

Tag(s) : #carnets de guerre